» View All
  » Fiction
  » Nonfiction
  » Poetry
  » Art
  » Children
  » View All
  » Fiction
  » Nonfiction
  » Poetry

State Witness - Igal Sarna FRIENDLY  SAMPLE  PRINTING

Igal Sarna
State Witness

Published May 2007
479 Pages, paperback, 21X15,
retail price 16 Euro

International rights handled by The Deborah Harris Agency, Jerusalem


ISBN: 978-965-7120-97-2
About this title in Hebrew

FRIENDLY  SAMPLE  PRINTING

State Witness | Igal Sarna

For the French Sample: Press Here

English sample

INTRODUCTION

On a day of unrelenting rain in January 1982, I entered a secret tunnel near the Western Wall that led me to a small synagogue like a two-seater space ship that had been excavated opposite the presumed location of the Temple that lies hidden under the Al Aqsa mosques. On the rabbi's table I saw a Colt 45 pistol and The Book of the Zohar and on one of the walls I identified signs of a breakthrough that had been hastily sealed. From there, Jewish diggers had tried secretly to tunnel under the mosques in the direction of the Holy of Holies. That was the moment they had come close to the core of the nucleus of this city that could ignite the world.

I was a young journalist on his first trip across a border that had been erased, peeking at the hidden portion of a huge religious project that had begun in 1968 and eventually became known as "the seventh day of the Six day War," a messianic journey into the territories that had been occupied, which has shaped the Israeli narrative more than any diplomatic plan.

Twenty-two years later, in 2004, I come as a reporter of 52 to the Palestinian insane asylum in Bethlehem. On the roof of the building that was erected by the German Kaiser in 1896, the Israeli soldiers who attacked the institution on the morning of April 1, 2004 saw the first Palestinian wanted man who emerged with his hands up as a sign of surrender. For 108 years, all the wars had stayed outside the walls, and only the current intifada reached the stage at which the madness was equal on both sides of the wall.

Between these two journeys, for 22 years I went back and forth between the Israelis and the Palestinians. I went alone or with my Palestinian colleague and photographer Nadim Ouda to tunnels, ancient tombs and military positions; to hospitals, demonstrations, roadblocks, murder scenes and besieged cities. We went to the hundredth fatality, to the tenth target of a pinpoint assassination, to local politicians, to fighters, to villagers and to suicide bombers. With the freedom that is reserved only for the reporter, I moved between the two tribes that are trapped in an inter-communal, bloody conflict from which they are not managing to extricate themselves. I gathered innumerable details and every week I described and published what I saw: the weeping of a father at the grave of his first-born son, the grim pride of a mother whose son had sacrificed himself. The scars of rubber bullets on children's arms. The anger, the vengeance, the fury and the serenity of an evening on a balcony that looks out over the landscape of hills in the last light of day. The screeching bullhorn of police announcing a curfew and mingling with the muezzin's prayer. Eyes smarting from tear gas and the wild flowering of the spring. The apple fragrance of nargilas and the stink of the heaps of garbage that no one collects.

Now, on the ruins of the hopes and the agreements, I am returning to the store of materials, the matrix of the conflict, and trying - without the blindness of the past - to examine the details anew. I discover Yitzhak Rabin's movement from victory in 1967, through the breaking of arms in the first intifada to his political victory in 1992, his epiphany of 1993 and from there to his assassination in the autumn of 1995. I follow the trajectory of the Yemenite yeshiva boy Yigal Amir, who becomes an outstanding solider in Rabin's army, to the firing into the back of his commander at the demonstration in the broad plaza in front of the Tel Aviv municipality.

Elsewhere, beyond the non-existent border, I follow the movements of Salah Nazal, a Palestinian boy who was born in Kalkilya in the first autumn of the occupation, through his brother's death at the hands of soldiers in the summer of 1988, his gradual drawing close to Islam and his brief arrest until he disappeared for half a year and reappeared a moment before he blew himself up along with 22 other people on bus Number 5 in the autumn of 1994, close to my house.

I follow in the footsteps of attorney Aziz Shahadeh, who had sought peace with Israel since 1948, through his mysterious murder in 1985 to his son, attorney Ragha Shahadeh, who is my age and joins the peace delegation in 1993 but gives up in despair and is now exiled in his own home to private life.

And I stand in the line of photographers at the beginning of 1988 and watch Defense Minister Rabin as, surrounded by soldiers, he enters the burning casbah of Nablus on the 57th day of the first intifada. In December, 1987, I wait for the ceremony of lighting the third Hanukkah candle in Arik Sharon's new home in the Muslim Quarter of the Old City of Jerusalem while all around the ground is already aflame. I watch the new star Bibi Netanyahu on the night of his victory in the Likud Party in 1993, when no one even imagines how quickly Bibi will become Rabin's successor.

This is a personal travel book in territory and time, which moves forward chronologically but sometimes makes leaps in time to place I had been 20 years earlier, to prophecy that was not fulfilled, to a person whose life has changed. The book describes small scenes at which I was present and moments in the lives of figures like Aril Sharon, Yitzhak Rabin, Shimon Peres, Benjamin Netanyahu, Meron Benvenisti, Yasser Arafat, Marwan Barghouti, writers and prophets and other, less senior people I followed at political rallies and in their private lives and in the territories. The look back concretizes the blindness, the slippery slope and the tragic circularity of the conflict that leaves the final outcome in the hands of fanatics and suicide bombers.

CHAPTER SAMPLE

On August tenth 2000, my wife and I drove to Bethlehem, to the Delilah wedding hall, just as easily as we might have gone to a wedding in Jerusalem. We cruised past a sleepy soldier at a military roadblock, and parked our car on the main road. Dozens of guests were gathered around a huge wedding cake, topped by bride and groom dolls. Most of the guests came from Deheisheh, the refugee camp where the groom, Nadem Odeh, my Palestinian researcher, was born and raised and, also, where his sweet beloved bride, Sahar Saad, was born. Both had lost their fathers at a young age.

We danced a little, chatted with the groom and drove back to Tel-Aviv.
Nadem and Sahar didn't go back to Deheisheh. They rented a nice new three-room apartment, at the foot of Bet Jallah, white-walled, with two verandahs, one overlooking an outpost of the Israel Defense Force and the outskirts of Jerusalem, and the other with a view of an olive orchard and the roof of a neighborhood garage. Optimistically, they furnished.

A month and a half later the sky fell down. The Oslo Accords crumbled, the barbed borders closed, meadows became danger zones, and olive groves - battlefields. There was shooting from Bet Jallah towards the Jerusalem neighborhood of Gilo, and from Gilo towards Bet Jallah. On three occasions, stray bullets hit interior walls in the young couple's bedroom, and they started sleeping - temporarily - on the kitchen floor. Sahar was pregnant. And Nadem went with me weekly into the burning Territories, opening doors and making connections. Protecting me and the photographer from all harm in Nablus, Ramallah and Bethlehem, in tiny villages, on dirt paths, in camps of the Tanzim branch of the PLO, and in hideout apartments. We sat on the verandah at the home of a Hamas activist injured by a missile, with the family of a boy sentenced to death by the Palestinian Authority, and at the house of the mother of a young man killed by an Israeli death squad.

Once a week, every week, we went, an Israeli reporter and an Israeli photographer, coming out of a Tel-Aviv quaking with terrorist bombs, and slipping through a volatile, porous border. With Nadem we traveled through a torn, besieged land, between suspicious checkpoints and secret passages. We did interviews with Palestinians as we sat in orchards, homes, caves, fields, and the lobbies of deserted hotels. Ours were the conversations of people from opposite sides of the border, people whose tenuous ties had been shattered, people seeking an understanding of what had happened and of what lay ahead. In the fourth month of the pregnancy, the lockdown was so tight that it was easier to smuggle Sahar to a Tel-Aviv hospital for an ultrasound, than to get her to Hebron to Nadem's gynecologist brother. In Tel-Aviv, the doctor proclaimed the foetus' sex: female. Nadem wanted a name that would sound good on both sides of the border: Nof. His wife preferred Sarial or Nur. As they debated and discussed, the belly grew and the battle around their apartment raged steadily fiercer. In an ever darkening humor we came up with the name Harbieh (the warlike).

The baby, due early September 2001, was late. A week passed and it seemed as if the little one, in her tense mother's womb, was clinging to the walls of her safe shelter, refusing to emerge.

Hussein General and Maternity Hospital is at the bottom of Bet Jallah. Reaching it at night, if the mother-to-be went into labor, would be suicide, amidst the constant shooting. Nadem and Sahar moved to a friend's home across the street from the hospital. Then the hospital went into emergency regime due to the climbing number of casualties. The tide of bombings in Israel rose, the IDF attacked Bethlehem, in the twin towers went down in New York. The whole world seemed to be on fire. Two days later, on September 13, the doctor in Bethlehem found there was no longer fluid in the womb. The baby's pulse was weakening. In the French Hospital nearby the wedding hall, the doctor tried inducing labor and decided to operate right away. The baby was born at eight-thirty a.m., under the sign of Virgo, by Cesarean section, and named Luma, which means doe. As she was sounding her first sob, shooting broke out from the direction of Rachel's Tomb.

When we came to visit the little one in her first hour at home, all the roadblocks were closed. We had to sneak through, infiltrators, to a place which, just a year before, had been open, holding tight the present which the soldiers might take for an explosive device. There were rounds of semi-automatic shooting from the street below, during the funeral procession of a man who was shot the day before. The windows in all four directions were wide open and I wondered when a stray bullet might fly in.

Beyond, the entire city was surrounded. "What will happen?" Nadem and Sahar asked, just like people were asking everywhere, what will happen? What will happen now, after this year, after the Trade Center catastrophe? A Palestinian expert on Palestinian TV was explaining that no good was going to come of all this bad. During the war in Vietnam the USA hit the Vietnamese too, and kept up the siege and the boycott for many years.

As the Intifada enters its second year, the Israeli siege is associated in Palestinian thinking with "Hisar," three-year siege against the prophet Mohammad. According to Muslim tradition this siege took the lives of many women and children, who died of thirst and hunger. Nadem worried about Luma inside the gridlock. How would he get her food and diapers? Sahar sighed with the pain of the healing surgical cut. But baby Luma was quiet. She sucked at the sleeve of her white baby suit when she was hungry. She didn't cry. As if she'd already learned the rules of the times into which she had been born.

French Sample

Courrier international - n ° 878 - 30 août 2007

Littérature / Un été littéraire (5e volet)
PAR IGAL SARNA - Un pont vers nulle part

Automne 1992. L'écrivain et journaliste israélien Igal Sarna effectue sa période annuelle de réserve au poste frontière du pont Allenby, qui sépare la Cisjordanie occupée de la Jordanie. Des négociations de paix israélo-palestiniennes ont débuté un an auparavant à Madrid, et Yitzhak Rabin vient d'être élu Premier ministre. Quinze ans plus tard, Igal Sarna témoigne de ce moment charnière.

C'est un ancien fortin, avec son mirador carré, ses meurtrières, ses quelques cachots, ses plates-formes qui surplombent la ville, ses longs corridors et ses guérites, le tout construit par les Britanniques il y a soixante ans, juste avant la révolte arabe [de 1936-1939]. Quand on sort prendre l'air dans une cour où quelques palmiers s'arrachent à une terre aussi dure que la roche, on est aussitôt assailli par des nuées de mouches. Des indigènes vous servent, entretiennent les salles, préparent les lits, balaient la cour du fortin. Ils préparent le café des officiers avec cette soumission typique d'une colonie perdue aux confins du désert et où rien ne semble jamais changer, hormis les maîtres. Toujours habillés en bleu de travail, on les surnomme les "porteurs".

Vingt-cinq ans après que, jeune Israélien, j'eus visité Jéricho en famille, c'est en civil d'un jour que je déambule entre les restaurants fermés du parc [archéologique], endormis à l'ombre de notre colonie poussiéreuse. Avec leurs clôtures vertes et leurs balcons en bois, ces vieilles bâtisses, perdues dans les bananeraies, font penser à ces vieux films anglais se passant dans l'empire des Indes. Yitzhak Rabin vient d'être élu Premier ministre et, pour ma période de réserve, Tsahal vient de m'affecter au terminal du pont Allenby, un pont dont des [dizaines de milliers de] Palestiniens effrayés foulèrent les ruines pour se réfugier en juin 1967 sur l'autre rive du Jourdain.

En cette fin d'année 1992, un an avant qu'il ne devienne le théâtre d'un événement révolutionnaire [l'accord "Gaza-Jéricho d'abord", négocié en 1993 à Oslo], Jéricho mène toujours sa vie de colonie poussiéreuse. Quant au pont et à son terminal, ils se cachent au détour d'un chemin de terre désolé. S'il veut quitter la Cisjordanie pour une visite à des proches, des pourparlers de paix, des contacts secrets, des affaires dans le monde arabe, une réunification familiale, du travail, un pèlerinage, une opération chirurgicale ou un voyage outre-mer, tout Palestinien doit passer par ici.

Des centaines de personnes, des soldats pour la plupart, sont affectées à une seule tâche : fouiller les Arabes qui entrent en Israël [en Cisjordanie]. Ils ne sont pas là pour servir les voyageurs, mais pour les passer aux rayons X et les palper, eux et leurs bagages, leur corps, leurs chaussures, leurs paquets, leurs enfants, leurs sacs et leurs vêtements. Le terminal est une immense entreprise de palpation. C'est en tant que suspects en puissance que les voyageurs y pénètrent et, très provisoirement lavés de tout soupçon, complètement épuisés qu'ils en ressortent.

Des cloisons spéciales sont aménagées pour que les "porteurs" ne voient pas les masques antirayonnement des militaires israéliens. Tous sont originaires de Jéricho. Le pont est un secteur économique essentiel pour une ville qui fut jadis une destination hivernale de vacances et qui n'est plus qu'une ville frontière désolée. L'Intifada finissante a vidé les restaurants, qui dépérissent parmi bougainvilliers et citronniers, entre des fontaines asséchées, un hôpital à l'abandon, des routes défoncées et même un ancien local du YMCA. L'administration civile [occupante] se contente de percevoir les taxes et de gérer le terminal.

Il est 9 heures du matin. Les premiers voyageurs franchissent la frontière. Un voyageur dont la valise est suspecte est emmené vers la "chambre de combustion" [où sont détruits les bagages]. Il y ouvre sa valise sous le regard masqué d'un artificier israélien retranché dans sa cabine en béton armé. Dans une autre salle, des soldates en uniforme bleu sont déjà en train de vider les bagages des Arabes. Les mains gantées de nylon, elles palpent colliers, culottes, tee-shirts, mouchoirs et langes, avant de bientôt nager dans une collection d'objets interdits d'entrée en Cisjordanie pour raisons de sécurité : savons, paquets de tabac, appareils électriques, médicaments, produits cosmétiques, rasoirs, mixeurs, albums photo, couettes, etc. Pour éviter tout recel, un sous-officier les expédie au broyeur ou à l'incinérateur. Les malades voient leurs médicaments confisqués, à l'exception de quelques comprimés nécessaires pour la journée. Tout le reste est détruit. Le sergent de 19 ans affecté à l'incinérateur en a manifestement marre d'une mission aussi insolite que celle qui consiste à brûler des langes. Quant à moi, je suis affecté à la salle des rayons.

Chaque fouille dure quatre heures, durant lesquelles le voyageur voit son identité épluchée et littéralement dépouillée. Parfois, des suspects sont arrêtés et, yeux bandés et mains liées, emmenés dans une base militaire. Ou des femmes sont refoulées en Jordanie avec leurs enfants. Soit ces femmes sont mariées à des habitants de Cisjordanie sans y résider elles-mêmes, et Israël ne leur reconnaît pas d'existence légale ; elles ne peuvent donc espérer qu'un titre de séjour provisoire. Soit c'est leur enfant qui est né de l'autre côté de la frontière, et ils y sont renvoyés séance tenante.

Après la fouille des bagages, chaque voyageur reçoit une boîte en plastique transparent pour y déposer son argent, en pièces ou en coupures, en dinars, en shekels ou en dollars. Celui qui porte sur lui plus de 2 000 dinars doit les déclarer. Vient alors la fouille corporelle. La chair. La peau. Débarrassés de tout effet, bagage, document et argent, les voyageurs sont soudain nus et sans défense, moins d'une heure avant de gagner le paradis israélien. Les vêtements sont emmenés au détecteur et, la fouille terminée, récupérés dans une autre salle. Le silence n'est brisé, rarement, que par un haut-parleur qui appelle l'infirmier arabe à la rescousse d'une femme évanouie ou "Khaled", le responsable des "porteurs". Soumission et obséquiosité planent sur le terminal silencieux.

Dans la dernière salle, les voyageurs se remettent en ordre de marche, les enfants se retrouvent et les familles attendent documents d'identité, certificats de naissance et de décès, permis de voyage et de séjour, passeports et autres autorisations de l'administration civile, sans lesquels leur vie peut tourner à l'enfer.

Pendant que les voyageurs récupèrent leurs bagages, des fonctionnaires israéliens veillent. Plus âgés que les soldats, ce sont les vrais douaniers. Comme les bagages ont été délestés de leurs objets de luxe, appareils électriques, crèmes et parfums, la douane israélienne lève une taxe de 15 dollars le kilo de vêtements usagés et de vieux tapis. On dirait qu'il s'agit ici de donner le coup de massue à un ennemi déjà à terre. Quatre heures après que l'autobus jordanien les a débarqués, les passagers montent enfin dans le car israélien et rejoignent les villes de Cisjordanie.

Depuis l'automne 1992, en tant que réserviste, je suis pour la première fois impliqué dans le système de sécurité israélien. A l'instar de beaucoup de voyageurs mais aussi de soldats, je découvre comme une révélation toute la crudité de la machine sécuritaire et bureaucratique qui s'est développée ici et dont rien, semble-t-il, ne peut venir enrayer l'horlogerie complexe. Trois mois après la victoire éclatante de Yitzhak Rabin et de Shimon Pérès aux législatives de juin, les vieux dispositifs de sécurité et de suspicion israéliens non seulement sont plus puissants que jamais, mais n'ont visiblement pas l'intention de disparaître. En cela ils sont l'annonciation du chaos qui nous attend "de l'autre côté de la paix".

Une fois par semaine, un événement étrange vient briser cette routine, un événement lié à une ère nouvelle. Un bus jordanien débarque une douzaine d'hommes et de femmes qui, avec leurs valises et leurs dossiers, tranchent avec la foule des villageois. Les militaires de faction téléphonent à leur supérieur. "La délégation est arrivée."

La délégation en question est celle qui est encore partie prenante au processus de paix lancé à Madrid [en novembre 1991, avant les accords d'Oslo et la reconnaissance officielle de l'OLP]. Plusieurs de ses membres ont fait le crochet par Tunis, où sont installés Yasser Arafat et les dirigeants de l'OLP. Dans la chaleur étouffante de la vallée du Jourdain, tous attendent en silence la venue d'un officier qui, comme chaque fois, décidera seul du traitement qui leur sera réservé. Entre attention et suspicion, c'est un drôle de tango dont les vieilles règles ne dépendent pas seulement des caprices des militaires sur le terrain ou de la mauvaise humeur du ministère de la Défense.

Ce tango étrange se danse au rythme anarchique de nouvelles règles dont on ne sait si elles sont provisoires ou définitives. Hanane Achraoui [la porte-parole officielle de la délégation palestinienne aux négociations de paix de Madrid de 1991 à 1993] est-elle suspecte de convoyer du matériel terroriste dans ses bagages ? Participe-t-elle à égalité de droits à un processus diplomatique au terme duquel elle sera peut-être Premier ministre ? Est-elle "un mec, comme Golda Meir", comme le dit un soldat impressionné par son silence ? Ou, comme maugrée un autre, "simplement une sale Arabe à qui il faut défoncer le cul" ?

Le passage de la délégation de paix palestinienne par le Jourdain a beau être coordonné et garanti par les diplomaties américaine et européennes, rien n'y fait. Au terminal israélien du pont Allenby, la délégation palestinienne va être traitée par un sergent druze minable, un caporal agressif et un simple capitaine. En silence, à l'écart des autres délégués, entourés par une foule de curieux et plusieurs centaines de passagers, Hanane Achraoui fume cigarette sur cigarette.

Parmi les délégués, je reconnais Raja Shehadeh [juriste palestinien de Ramallah, fondateur de l'ONG de défense des droits de l'homme Al-Haq]. C'est un moment embarrassant, qui risque de ternir nos deux premières rencontres, en 1982 et en 1986, lorsque je l'avais interviewé. Nous nous étions vus dans un café et, en quelque sorte, en civil. Aujourd'hui, il est en complet veston et moi en uniforme négligé de réserviste. Comme il le décrit dans son livre [Tenir bon, Seuil, 1983], que je sois bon ou mauvais, je fais partie de la machine sécuritaire, tandis que lui est un civil dont le sort est suspendu au bon vouloir des officiers. Même si, pour l'heure, il est le conseiller juridique de la délégation palestinienne. Nous échangeons quelques mots.

Chaque délégué a deux valises. L'une, la seule que les soldats sont autorisés à fouiller, contient ses effets personnels ; l'autre contient les protocoles des négociations et ne peut être soumise qu'aux rayons X, pas à la fouille.

Une demi-heure après le débarquement de la délégation palestinienne, un ordre arrive d'en haut, "de tout en haut", comme le dit un soldat. Et, sans avoir ouvert leurs valises, les délégués fendent la foule des voyageurs, tandis que les soldats commencent à gronder, dans un mélange de colère, d'animosité et de surprise. De toute évidence, cette bande d'Arabes qui poursuit sa route sans ouvrir ses valises, ça rompt avec une règle si vieille qu'elle avait fini par entrer dans les mœurs. L'officier des douanes qui se tient à côté de moi avertit : "Chez moi, ça ne se passera pas comme ça, on va voir ce qu'on va voir." Furieux, il jure aux soldats qu'il va rétablir l'ordre ancien.

L'ordre ancien. Aujourd'hui, avec le recul, je n'ai pas trop de mal à me représenter ce que ça signifie. Mais, à ce moment-là [en 1992], je lis autrement le tourment de l'officier des douanes. On ne soupçonne pas l'inquiétude et la colère qui peuvent macérer dans une âme angoissée par le changement et terrifiée par la remise en question d'un ordre que l'on croyait immuable. Alors, parfois, un homme prend sur lui de "remettre les choses à leur place". Un officier des douanes bien décidé à contester les ordres venus "de tout en haut", de Rabin. Un étudiant d'Herzliya [Igal Amir, qui a assassiné Yitzhak Rabin en novembre 1995] qui veut faire taire la rumeur des temps qui changent. Ou un officier égyptien de 23 ans, comme Khaled Islambouli, qui ne peut supporter la paix que vient de conclure Anouar El-Sadate avec les Israéliens et qui l'abat. Un écrivain de ses admirateurs a écrit : "Khaled, j'ai parlé, tu as agi. J'ai voulu, d'autres ont voulu et, toi, tu as comblé nos attentes."

En cet automne 1992, la tragi-comédie du passage du terminal Allenby par la délégation palestinienne devrait me fournir les indices de ce vers quoi va nous mener la paix d'Oslo quelques mois plus tard. Tout est dit dans ces murmures et ces grognements. Mais je ne parviens pas à décoder ces indices. Pourtant, tout le terminal israélien est une radiographie grandeur nature.

La délégation se dirige vers la sortie israélienne du terminal et le car qui l'attend pour la Cisjordanie, s'épargnant les quatre heures de chemin de croix. Mais, sur le quai d'embarquement, un groupe de douaniers a attendu son heure : "Ouvrir les valises."

Hanane Achraoui et Salah Zuheika, le rouquin qui mène la délégation, parlementent pendant une heure avec le commandant militaire du terminal. Malgré son opposition de principe, les douaniers se sont emparés de trois caisses renfermant les pièces d'un fax de marque japonaise. Zuheika résiste en silence. Personne ne souffle mot, comme si une parole de trop risquait de faire s'effondrer le fragile édifice. "Vous n'avez qu'à venir récupérer votre fax au commandement militaire de Beit-El, comme le font les gens de l'ONU", convient finalement le commandant du terminal.

Mais les douaniers ont entre-temps ouvert les valises des délégués palestiniens. Ils palpent et froissent non seulement leurs effets personnels, mais aussi les valises contenant leurs documents de travail, mélangent les papiers et envoient même une brochure à la censure. Les douaniers forment un groupe cohérent. Certains sont des colons, d'autres pas. Mais quelques années de service à Jéricho ont forgé leur vision des Arabes et de la meilleure façon de les traiter. La fouille terminée, la délégation palestinienne monte enfin dans le car et Raja Shehadeh me fait au revoir de la main. Plusieurs mois durant, chaque semaine, ses collègues et lui emprunteront le même itinéraire, avant d'être écartés par les accords [d'Oslo], négociés dans leur dos par l'OLP de Tunis.

Douze ans plus tard, à l'aube de nos 50 ans, Raja et moi nous sommes retrouvés dans nos rôles respectifs de journaliste et d'interviewé. Je lui ai demandé de commenter notre rencontre fortuite sur le pont Allenby. "C'était une période idéale pour le compromis. La situation était mûre. Mais vous, Israéliens, y compris vos négociateurs, avez continué à fonctionner selon l'ancien paradigme, selon votre vision unilatérale. Quant aux [dirigeants] palestiniens, comme mon père le pressentait, ils se sont complètement fourvoyés. Le pont Allenby était la métaphore parfaite des accords [d'Oslo], le passage d'une occupation à une occupation négociée. Nous étions censés accepter tout ce que vous étiez prêts à nous donner. 'Vous serez traités avec respect', nous disiez-vous, en somme, 'vous aurez des privilèges et des cartes VIP, mais vous n'aurez pas l'égalité.' Or, les privilèges, ça s'accorde et ça se reprend. Et, en définitive, les Israéliens n'ont rien lâché sur les dossiers essentiels, le contentieux historique, les réfugiés, les responsabilités, etc."

"Qui vivra verra", a conclu Raja. S'il vivait encore, mon père lui répondrait : "A ne pas changer de route, on finit par se perdre."

Extrait du livre Ed Medina (Témoin de l'accusation, éd. Xargol, Tel-Aviv, 2007).

Igal Sarna : L'auteur

Reporter et chroniqueur au grand quotidien populaire Yediot Aharonot, Igal Sarna est l'un des essayistes et romanciers les plus intéressants d'Israël. Né en 1952 à Tel-Aviv, il a combattu durant la guerre du Kippour, en 1973, avant de suivre des études en sciences politiques à l'Université hébraïque de Jérusalem. Il est l'un des membres fondateurs du mouvement Shalom Akhshav (La paix maintenant). Il a reçu en France le prix WIZO, qui récompense une œuvre littéraire israélienne traduite en français, pour L'Homme qui était tombé dans une flaque (Grasset, 1999), mélange réussi de reportages et de nouvelles qui offre un regard panoramique troublant sur une société israélienne déchirée entre les legs de la Shoah, de l'occupation de 1967 et de l'exil des Palestiniens et des Juifs orientaux. On peut aussi lire de lui en français son roman Les Chasseurs de mémoire (Grasset, 2000).

Contexte
Le texte que nous publions ici est extrait du livre Ed Medina (Témoin de l'accusation), paru en juin dernier en Israël. Igal Sarna y dresse le bilan d'une carrière de journaliste et de témoin entamée avec l'invasion du Liban en 1982et riche de nombreuses et incessantes incursions "de l'autre côté de la frontière". Pour Sarna, la première moitié des années 1990 fut pleine de rêves et d'espoirs, depuis l'ouverture de la conférence de Madrid, en novembre 1991, et la signature des accords d'Oslo, en septembre 1993, jusqu'à l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, en novembre 1995. Un assassinat qui, selon Sarna, a fait céder les dernières digues capables de résister aux flots de haine et de vengeance que de nombreux acteurs, tant israéliens que palestiniens, rêvaient de libérer.

Au moment où débute le récit d'Igal Sarna, cela fait un an que des négociations se sont ouvertes à Madrid entre le gouvernement israélien de Yitzhak Shamir (battu en juin 1992 par le Parti travailliste) et une délégation palestinienne issue des Territoires occupés et théoriquement indépendante d'une OLP avec laquelle Israël refuse encore de négocier. Quelques mois plus tard, l'OLP négociera avec Israël à Oslo, dans le dos de la délégation palestinienne officielle, un accord d'autonomie "provisoire".

Igal Sarna

Igal Sarna
© All rights reserved